L'étoffe du temps

 

Vêtements de femmes installés dans mon jardin au fil des mois et des années, abandonnés au temps qu'il fait, au temps qu'il faut.... Je laisse la terre, le soleil, la pluie, la lune et les saisons y fairent oeuvre. 

S'en suit un délicat et méticuleux travail d'archéologie textile, de mise à jour du moindre fragment de ces oripeaux - trames et marges de leurs passés antiérieurs.

Ces vêtement délités, en état de décomposition après leur passage dans le jardin au bord de la disparition, élimés, troués, certains usés jusqu’à la corde, marbrés par la chimie de la terre, m'amènent à décrypter des écritures sauvages, entrevoir des territoires maritimes, des évocations imaginaires. Ils sont aussi traités et travaillés à leur forger d'autres histoires, d'autres vies, d'autres destins de femmes...

Sur les murs, loin de l’intimité originelle, les tableaux prennent vie, un autre tissage se fait. Parfois le textile semble disparaître derrière la création. L’ouvrage est extrêmement délicat, la matière est devenue fragile. Un collage minutieux pour certains ou protégés par un verre pour d'autres, fixent l’œuvre entrevue. Le textile donne à voir une savante alchimie entre ce que le temps en a fait et ce que je décrypte de ces traces testamentaires.

C’est une renaissance mue par des intentions profondes. Vestiges soignés tels des reliques, manipulées comme des joyaux, travaillées avec un infini respect pour amener le visiteur à une méditation intérieure par un propos poétique sur les questions fondamentales - d’où venons-nous, ou allons nous ?